ados

En septembre, Quentin entre en 6e.

Je vous passe la paperasse en retard, le stress, les insomnies und so weiter.

Je voulais parler de ce qui me chiffonne. 

Ce qui me chiffonne, c'est de devoir gérer la rentrée de mon fils au collège, alors que moi-même je me sens encore collégienne dans l'âme. Collégienne dans le sens où l'acnée ne m'a jamais vraiment lâché, mes meilleures copines sont toujours les mêmes, même si des centaines de kilomêtres nous séparent, je pleure toujours devant la mort du Roi Lion (depuis quelques temps je pleure aussi quand Raiponce retrouve sa mère ou quand Anna chante "un bonhomme de neige" devant la porte d'Elsa), je n'ai pas vraiment évolué niveau vocabulaire depuis la 3e, pourtant depuis j'ai lu pas mal, je me maquille toujours pareil, et je crois toujours au prince charmant. Ah par contre, je ne crois plus en Dieu. Une bonne chose de faite, tiens.

Bon le "prince charmant", on va dire que je l'ai rencontré, c'est juste que c'est vachement moins glam' que je pensais à l'époque. Les mecs d'aujourd'hui te disent pas "je vous aime, voulez vous m'épouser" mais plutôt " tu sais vieille dinde, on devrait se marier, pour les impôts ce serait mieux". Sauf que c'est pas mieux du tout puisque depuis le progrès de l'internet et la déclaration en ligne, tu simules (encore et toujours ... hahaha ... hum hum), et tu réalises que mariés tu paies plus. Et ouaiiiii. Enfin chez nous c'est comme ça. On doit être trop pauvre. Bref.

Les problèmes de peau, c'est normal que j'en ai avec tous les trucs que je me tartine sur la face depuis des décennies, soit disant révolutionnaires, avec plein de choses chimiques dedans, ben ça aide pas. Et puis il faut y croire aussi, merde ! J'ai une copine qui croyait en Biactol. Et ben Biactol a changé sa vie ! Moi je crois en ma peau acnéique. Alors je suis acnéique. 

Bon. A la base je parlais de Quentin qui rentre en 6e.

Je vais devoir prendre rendez vous avec le conseiller d'éducation. Je déteste ces mecs là. Les sessions dans leur bureau j'en ai fait. Ces mecs là c'est des balances. Bon j'avoue maintenant que je suis mère, j'espère qu'ils le sont toujours.

Il va devoir prendre le car tout seul. Et qu'est ce qui me dit qu'il va le prendre ? Moi je le prenais tout le temps. Par contre arrivé devant le collège, j'y allais, mais ça dépendait des jours. Enfin jusqu'au jour de trop, c'est comme pour tout. En fait le car me servait de salle de bain. Je me maquillais dedans à l'aller, et me démaquillais au retour. J'espère que Quentin ne se maquillera pas. Le car servait aussi de cendrier, et de boite de messagerie presqu'instantanée. Je me demande comment on peut choisir chauffeur de car scolaire comme métier. Les mecs, ils ont du courage.

Au collège, j'ai comme tout le monde commencé à fumer, à rouler des galoches, à faire soeur de sang, à échanger les soutifs ou encore essuyé des propositions de passage à l'acte niveau sexe. Nan, nan, chui trop jeune (dernier trimestre de 3e), ayé chui prête (premier trimestre au lycée). Quand je vois le comportements des gosses de CM2 aujourd'hui, je me dis que mon gosse va tremper sa nouille à 12 ans. OH MY GOD. Et puis surtout aujourd'hui, les petites collégiennes mettent des strings et parlent de fellation sans aucune retenue. J'avoue que ça me gène. Elle peuvent te taper la discute sur des trucs pornographiques que toi tu sais même pas ce que ça veut dire, pourtant t'as quand même vécu, hein, t'es pas une nonne, le tout avec une aisance déconcertante, à seulement 12 ou 13 ans. Pourvu que mon fils soit moche et qu'il ne plaise à aucune.

Je suis effrayée.

Putain mais il va vraiment faire tous ces trucs ? Et moi je vais gérer comment ? Et il va vraiment me prendre pour une vieille relou de connasse qui lui casse les roubignolles ? Sûrement, puisque pour moi c'était comme ça. Du jour où j'ai mis les pieds au collège, mes parents sont devenus des vieux cons. Bizarre.

Il va me demander un smartphone, un jean Diesel, un sac à dos Chevignon (un quoi ? Ca existe encore ça ?), et ingurgiter un paquet entier de Frosties à 18h. Nan mais sans dec, je vais pas avoir les moyens. Bon je serai ptet un peu plus cool sur ses sorties du coup, pour qu'il aille se remplir chez les autres.

Tout ça pour dire que comme pour sa rentrée en CP, voir ici, je suis complètement flippée. Je me rappelle trop à quel point je bouillonnais dans ma tête lors de mon entrée au collège, ce qui me passait par la tête, ce que j'ai fait, puis avec le temps ce que j'ai osé, vu, bu, fumé, testé, vomi, menti, volé, enfin je me rappelle quoi, et je sais que mon fils ne sera pas plus sage que moi. Alors j'ai peur. Et j'ai mal.

Le collège c'était il y a 23 ans. Prends ta claque.

Pourtant rien n'a changé ... A part que je ne me gèle plus les mains en hiver en conduisant le scoot, j'ai passé le cap de l'auto.

(Et merde, j'avais oublié le scoot ...)./