IMGP4977  Elle est loin la vingtaine !

Et pourtant ça n'a pas l'air si loin... Je me dis que c'était y'a 10 ans, mais non, c'était y'a 12 ans. Y'a 12 ans, j'avais 20 ans. Un appart, un chien, une AX et un boulot avec plein de copains dedans. Un boulot pourri, dans un restaurant, mais y'avait plein de copains dedans. J'y ai rencontré ma Sanda, qui depuis s'en est allée aux Antilles, mais qui sera dans mon coeur toute la vie. J'y ai rencontré des potes complètement fous et jeunes comme moi, avec des envies de liberté et de n'importe-quoi. Y'a 12 ans, j'ai passé presque toutes mes soirées dans les bois, autour d'un feu de joie, avec Djumbés, bières et saucisses Herta. Quand c'était pas à la Guiness Tavern de Chatelet, à chanter toute la nuit du Noir Désir ou du Télephone ! Et retour au boulot sans passer par la maison le lendemain matin.

Hier soir, quelques uns de ces vieux potes de jeunesse (!) sont venus manger à la maison, après des années sans se voir. C'était sympat. On n'a pas trop ressassé le passé, mais ça m'a fait du bien de les voir. Ca m'a mis un pti coup quand même, de nostalgie. Une petite claque qui m'a dit " tu n'es plus la même... tu es vieille ! tu as changé... et t'as un gamin (oui, ok quasiment deux)" Mais NON je n'ai pas changé ! Dans ma tête je rêve toujours de passer de tels moments.

J'ai adoré cette période de la vingtaine, où, jeune adulte, j'ai appris à me gérer toute seule, célibataire avec les aventures qui allaient avec, usant à souhait de l'amitié qui m'entourait, ce qui était la chose la plus importante à mes yeux.

Comment ne pas regretter ces moments ! Pourquoi les souvenirs ne restent que des souvenirs ? Pourquoi les choses changent irréversiblement ? Pourtant, on ne regrette pas en général que la vie avance et que de nouvelles choses nous arrivent... Mais ouai, moi je me verrais bien dans une vie de communauté totale, avec la famille et les amis mélangés dans mon quotidien, genre tous dans une grande propriété, à courrir dans les prairies le dimanche la marguerite dans la bouche, ou autour d'un pique-nique bien français avec du Saucisson d'âne (oui j'aime les saucisses et alors) et des cornichons dans le sandwich.

Enfin ouai, c'est bien utopique tout ça. Enfin, non. Mais si, dans la vie que maintenant j'ai choisi. Non non je ne pleure pas, hein !

J'me fais un pti constat, comme ça pour rien. Un peu aussi parce que je me fais chier ce soir.

Surtout parce que j'ai repensé à tous ces bons moments avec les quelques personnes qui étaient là hier soir. J'ai l'impression quand j'y pense, de revoir mon père me dire un truc du genre " quand j'avais 20 ans, avec untel, on avait fait ça..." le sourire aux lèvres, et dans sa tête à lui en nous en faisant part, il devait sûrement s'en souvenir comme si c'était y'a pas longtemps. Lui aussi ... Comme c'est curieux ...

Pffiou !